Région Rhône-Alpes

Fabriquer... entre ciel et terre!

 

 

Fabriquer… entre ciel et terre !


A l’aube de cette quinzième Biennale et de la saison 2012 – 2013 de la Maison de la danse, je veux souhaiter la bienvenue à Dominique Hervieu. Elle nous offre deux programmations exceptionnelles, reflet de son talent d’artiste et de directrice d’institutions chorégraphiques parmi les plus prestigieuses au monde. Pendant dix huit jours et autant de nuits, son festival intense et bigarré invitera Rhône Alpes à la danse avec quinze créations mondiales, huit résidences d’artistes, plus d’une trentaine de spectacles, d’innombrables événements, rencontres et bals.

Depuis la dernière biennale, le monde a connu des mutations et des chocs majeurs que ce soit sur le plan environnemental, social ou politique. Ils ont tous comme point commun d’avoir interrogé notre planète comme nos sociétés sur leur organisation et le rapport aux autres, à l’autre. L’art et les artistes n’y ont pas été étrangers, c’est une évidence. Comment ne pas penser aux révolutions arabes et à leurs éclaireurs que furent les tunisiens ? Je veux rendre hommage aux artistes de Tunisie pour leur courage et aux initiateurs d’événements comme ceux de Carthage, que ce soit les Journées théâtrales ou les Rencontres chorégraphiques pour leur contribution à la prise de conscience collective. Pour autant rien n’est jamais acquis. C’est pourquoi, je suis convaincu que la France, et à sa mesure la Région Rhône Alpes, ont le devoir d’une politique culturelle internationale ambitieuse, basée sur la réciprocité et le partage. C’est d’autant plus urgent à l’heure où les syndromes identitaires ressurgissent, notamment en Europe.

Dans cette édition 2012 de Biennale de la danse, Dominique Hervieu nous invite avec ses trois « Fabriques » – des oeuvres, de l’amateur et du regard - à tisser un émerveillement sans cesse renouvelé, un engagement nouveau, ainsi qu’à changer nos lunettes, voire notre logiciel de pensée. Pourquoi ? Pour vivre mieux ensemble « entre ciel et terre » comme le clame l’accueillante exclamation du Défilé de la Biennale. Je partage cet appel à l’insurrection artistique, elle est vitale.

Wim Wenders, dans le générique d’ouverture de son film « Pina », en hommage à la danse de la grande Pina Bausch, ne disait-il pas : « Est-ce de la danse, est ce du théâtre…

Bienvenue Dominique !



JEAN JACK QUEYRANNE
PRÉSIDENT DE LA RÉGION RHÔNE ALPES - ANCIEN MINISTRE