Accueil
/
Edition 2012
/
Les spectacles
/
Ballet Preljocaj - CCN Aix-en-Provence

Ballet Preljocaj - CCN Aix-en-Provence

Angelin Preljocaj / Ce que j'appelle oubli

Théâtre des Célestins

Ce que j'appelle oubli

Ce que j’appelle oubli inspire à Preljocaj un nouveau plaidoyer. Soit un regard politique et poétique sur la tragédie du quotidien, sublimé par la géniale écriture du chorégraphe.

Blanche neige des Frères Grimm, Le Funambule de Jean Genet, L’Apocalypse selon Saint Jean : sous le langage d’Angelin Preljocaj, chacune de ces œuvres se métamorphose en de grandes fresques saisissantes de beauté. Cette fois, Ce que j’appelle oubli de Laurent Mauvignier inspire le chorégraphe. Dans ce cruel récit sur la violence des rapports sociaux, un marginal est roué de coups à mort, juste pour avoir bu une canette dans un supermarché. Saisi par la violence et la fulgurance de ce texte, Preljocaj apporte une nouvelle lecture à ce fait divers survenu à Lyon en 2009. Tout son univers est au service de cette rencontre entre la littérature et la danse : les phrases de Laurent Mauvignier jetées ou plutôt crachées par le corps se transposent dans des mouvements entre situations concrètes et abstraction. Le chorégraphe procède par métaphores pour restituer cette histoire de corps d’une grande sensualité entre des moments assez doux et d’autres d’une extrême violence. Sollicité en permanence depuis trente ans par des institutions incontournables, dont le Ballet de l’Opéra de Paris, Angelin Preljocaj avait même réuni les danseurs du CCN d’Aix-en-Provence et ceux du Bolchoï, dans Et suivront mille ans de calme, pour une danse engagée et foudroyante.

 

3 questions à Angelin Preljocaj

chorégraphe Angelin Preljocaj

Quel est votre premier souvenir de danse ?

A 11 ans devant une photographie de Rudolf Noureev qui saute avec cette légende: «Rudolf Noureev, transfiguré par la danse». Je me rappelle très bien de cet instant: de faire l’aller-retour visuellement entre la légende et le visage de Noureev. Et surtout cette espèce de confusion quand tu es gamin de ne pas savoir réellement ce que ça veut dire «transfiguré», mais de le deviner. Et là vraiment, je me suis dit c’est quoi cet art qui peut rendre quelqu’un aussi beau de l’intérieur. Et j’ai demandé à la jeune fille qui m’avait prêté cet album où elle faisait de la danse. Alors elle m’a emmené chez Maguy et Serge, un couple russe qui venait d’arriver à Champigny-sur-Marne grâce à des connaissances communistes. J’ai commencé là mon premier cours de danse.

Un geste tabou sur scène ?

A priori, je dirais qu’il n'y a pas un geste tabou, comme il n’y a pas de plus beau geste, de plus beau mouvement. En fait, c’est la relation qu’entretiennent les gestes entre eux qui compte. Un geste isolé est totalement désactivé de tout sens, de toute beauté, de toute valeur.

Quel danseur(se) auriez-vous aimé être ?

Zizi Jeanmaire, qui a été une danseuse magnifique et qui a été transgenre: cabaret, ballets… C’est une figure que je trouve très attachante et très riche.


Fabrique(s) du regard
La parole aux créateurs - Angelin Preljocaj

Conférence de presse ouverte à tous : jeu 13 à 11 h au Café Danse.


Rencontre avec les artistes - Angelin Preljocaj

Rencontre avec les artistes : à l’issue de la représentation le mar 18, en présence de Laurent Mauvignier.

Théâtre des Célestins
4 Rue Charles Dullin
Théâtre de Lyon


Rencontre-Signature

Rencontre-signature: Dany Lévêque, choréologue de la Cie Prejlocaj, présente et signe son ouvrage Angelin Preljocaj, De la création à la mémoire de la danse, le mar 18 à 18 h au Café Danse.

Café Danse
Place de la Bourse
69002 Lyon


Théâtre des Célestins
Dates et horaires

Sam. 15 Sept.t | 20:30

Dim. 16 Sept.t | 19:00

Mar. 18 Sept.t | 20:30

Mer. 19 Sept.t | 20:30

Jeu. 20 Sept.t | 20:30

Ven. 21 Sept.t | 20:30

- Durée : 1h environ

Plein tarif

1ère série35€

2ème série29€

3ème série13€

4ème série10€


Tarif réduit

1ère série32€

2ème série26€

3ème série10€

4ème série7€


ABONNEMENT :

Catégorie A


Parcours Récit

Pièce pour 6 danseurs et 1 comédien

Direction artistique et chorégraphie : Angelin Preljocaj
Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Van Den Bosch Danseurs : distribution en cours— Choréologue : Dany Lévêque

Coproduction : Biennale de la danse de lyon, Théâtre de la Ville (Paris), Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines — Texte : Laurent Mauvignier, Ce que j’appelle oubli (Éditions de Minuit) — Avec le soutien de : le Ballet Preljocaj, Centre Chorégraphique National, est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC PACA, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône, la Communauté du Pays d’Aix et la Ville d’Aix-en-Provence. Il bénéficie du soutien du Groupe Partouche - Casino Municipal d’Aix-Thermal pour le développement de ses projets et de l’Institut français - Ministère des Affaires étrangères pour certaines de ses tournées à l’étranger — Accueil : Célestins - Théâtre de Lyon, Biennale de la danse.