Accueil
/
Edition 2012
/
Les spectacles
/
Moving Into Dance Mophatong

Moving Into Dance Mophatong

Robyn Orlin / Beauty remained for just a moment then returned gently to her starting position... - Création

Le Transbordeur / Théâtre de Privas

Beauty remained for just a moment then returned gently to her starting position... - Création

Robyn Orlin fait aujourd’hui danser autour de la beauté une des plus importantes compagnies sud-africaines : Moving Into Dance Mophatong. Sans rien perdre de sa capacité à s’indigner contre les clichés misérabilistes d’une Afrique victime.

Robyn Orlin, surnommée « l’irritation permanente », pose souvent son regard là où le bât blesse : elle a évoqué le fléau du Sida ou a rendu hommage à Sarah Baartman, Vénus noire exposée comme un phénomène de foire aux Européens du XIXe siècle. Intégrés à l’univers de Robyn Orlin, ces thèmes polémiques deviennent les héros d’une danse vérité, menée à cent à l’heure par les danseurs aux costumes délirants et un travail vidéo caractéristique : de bric et de broc mais qui fait mouche. Cette fois, la chorégraphe sud-africaine s’entoure des superbes danseurs de Moving Into Dance Mophatong, pour un hymne à la beauté africaine. Plus précisément, cette beauté non pas exotique mais créative s’appuie sur des us et coutumes des tribus Surma et Mursi : au quotidien, les femmes se parent de peintures corporelles et d’ornements boisés, végétaux et animaux d’une folle excentricité. Cette nouvelle pièce dédiée à l’inventivité de ces peuples aura forcément un point de vue engagé : l’étude des films de Leni Riefenstahl, assimilée au régime nazi, a inspiré la réflexion de la chorégraphe. Car s'il n’y a pas de beauté universelle, l’universalité de la beauté existe bel et bien.

3 questions à Robyn Orlin

chorégraphe Robyn Orlin

Quel est votre premier souvenir de danse ?

Charlie Chaplin. Je trouvais que c’était un excellent danseur jusqu’à ce que ma mère me dise que ce n’était pas un danseur. C’est ma première rencontre avec ce que je pensais être de la danse.

Un geste tabou sur scène ?

Tuer, se tuer. Je me souviens du performer Chris Burden qui se faisait tirer dessus… Moi qui viens d’Afrique où la vie a si peu de valeur, arriver dans un pays industrialisé et voir ça, je me disais: vous n’avez rien de mieux à faire?

Quel danseur(se) auriez-vous aimé être ?

Les «mind dancers», une tribu très spéciale: ils portent des chaussures de deux tonnes, des pantalons larges et se déplacent au ralenti, comme dans le butô. Une pureté de mouvement extraordinaire.


Fabrique(s) du regard
La parole aux créateurs - Robyn Orlin
 Rencontre avec les artistes -  Robyn Orlin

Rencontre avec les artistes: à l'issue de la représentation le lun 24.


Le Transbordeur
Dates et horaires

Dim. 23 Sept.t | 17:00

Lun. 24 Sept.t | 20:30

Mar. 25 Sept.t | 20:30

- Durée : 1h15 env

Tarif

Plein tarif25€

Tarif réduit22€


ABONNEMENT :

Catégorie B


Dans l'abonnement Maison de la Danse
Théâtre de Privas
Dates et horaires

Jeu. 27 Sept.t | 19:30

- Durée : 1h15 env

Tarif

Plein tarif25€

Tarif réduit22€


ABONNEMENT :

Catégorie B


Dans l'abonnement Maison de la Danse

Pièce pour 6 danseurs

Chorégraphie : Robyn Orlin
Direction artistique : Sylvia Glasser
Danseurs : Muzi Shili, Fana Tshabalala, Sunnyboy Mandla Motau, Thandi Tshabalala, Teboho Letele, Julia Burnham, Oscar Buthelezi, Andile Otto Nhlapo

Musique : Yogin Rajoo Sullaphen— Collaboration vidéo : Philippe Lainé — Création costumes : Marianne Fassler — Création lumières : Robyn Orlin avec l’aide de Denis Hutchinson Production : City Theater & Dance Group et MIDM, Moving Into Dance Mophatong — Production : City Theater and Dance Group, Damien Valette Prod et MIDM, Moving Into Dance Mophatong - Co-production : Tilder, Biennale de la danse de Lyon, MAC, Maison des arts de Créteil, Maison de la musique de Nanterre, City Theater & Dance Group.